Réseaux Articulate :

Articulate

Astuces pour estimer le temps de développement d’un module e-learning

Astuces pour estimer le temps de développement d’un module e-learning

Il y a un moment que nous redoutons tous, c’est lorsque notre client nous demande combien de temps nous allons mettre pour créer son module.

La plupart des pros du e-learning ont un peu de mal à l’idée d’estimer leur temps de travail, surtout au début d’un nouveau projet. C’est parce qu’estimer le temps de développement d’un module est une étape assez délicate. En effet, il peut y avoir de gros enjeux liés à l’exactitude de votre estimation. Par exemple, si vous créez un module pour apprendre aux commerciaux les caractéristiques des nouveaux produits, tant que vous n’aurez pas finalisé votre module et que tous les commerciaux ne seront pas pleinement formés, les nouveaux produits ne pourront pas être lancés. Vous pourriez ainsi vous retrouver sur la sellette si votre estimation était inexacte et que cela a eu un impact sur les résultats ! C’est donc beaucoup de pression pour vous et votre équipe.

Vous voulez réduire votre stress ? Voici quelques conseils et des ressources qui vous aideront à faire des estimations plus réalistes et plus exactes.

Évaluez la complexité de votre projet

Voici une situation courante : un client vient vous demander un devis pour créer un module d’une heure. Vous vous référez au temps que vous avez passé pour terminer un autre module d’une heure récemment créé et vous donnez au client une estimation de temps de travail similaire. Mais finalement, le module commandé devient, à la demande du client, beaucoup plus complexe et plus interactif que le module auquel vous vous étiez référé pour estimer votre temps de travail. Et maintenant vous devez négocier avec votre client : soit vous obtenez son accord pour faire un module plus linéaire ou moins complexe, soit il vous laisse plus de temps pour le terminer. Mais dans tous les cas, vous allez devoir durement négocier et le client pensera sans doute que vous avez mal estimé votre temps de travail au départ !

Vous vous demandez sans doute à quel moment vous avez fait une erreur ! Eh bien, pour commencer, vous n’avez probablement pas suffisamment analysé les besoins du projet ou les attentes de votre client. Pour éviter cela, avant de donner une estimation, posez-vous ces questions :

  • Quel est votre public cible et quelle est la meilleure approche pour l’atteindre ? Les besoins de vos apprenants doivent toujours être au cœur de votre travail de conception. À quel point avez-vous compris ce qu’ils attendent de leur formation ?
  • Quelle est la visibilité et le niveau de risque du projet ? Les projets avec une grande visibilité ou avec un réel impact financier demandent plus de ressources, plus de budget et plus de temps.
  • Quel est le niveau de complexité du projet ? Vous devez déterminer le genre et le nombre d’activités interactives complexes que vous allez devoir concevoir, prototyper et créer. Les scénarios gamifiés avec de nombreux embranchements, des vidéos, du son, etc. prennent plus de temps que des activités interactives simples, par exemple.
  • Quel type de processus de développement est requis pour ce projet ? Beaucoup pensent qu’il faut toujours suivre le même processus pour développer chaque livrable, mais il est plus efficace d’avoir un processus de développement de base assez souple et de l’adapter pour répondre aux spécificités de chacun de vos projets.

Par exemple, si vous créez un module assez complexe et interactif, vous pouvez constater que la méthode classique qui consiste à créer un storyboard pour obtenir l’aval des parties prenantes ne leur donne pas une vision claire du projet et ralentit le processus de développement. Il peut être plus efficace dans ce cas de faire un prototype au lieu d’un storyboard. Cela permet en effet de se concentrer en premier sur les activités interactives les plus complexes ou les plus à risque. Cela vous permet également de montrer rapidement aux parties prenantes ce à quoi le module ressemblera, ce qui les rassurera et vous évitera de nombreux changements tardifs.

En plus de garder à l’esprit ces quelques questions, vous devez également prendre en compte votre environnement de travail. Dans tous les cas, l’idée importante est de prendre en compte toutes les variables du projet. Pour vous aider, jetez un œil à ces Questions à se poser pour analyser les besoins d’un projet.

Déterminez quel niveau de module e-learning vous voulez créer

On considère généralement qu’il y a trois types ou trois niveaux de modules e-learning. Le niveau du module à créer va influencer à la fois l’expérience d’apprentissage mais aussi le coût et le temps de développement. Identifier le niveau de développement e-learning de votre prochain projet vous aidera à estimer plus finement votre temps de travail sur le module. Voici un aperçu de ces trois niveaux :

Niveau 1 : les modules e-learning basiques

Le module e-learning basique est le module « tourne-page » classique. Ces modules ressemblent à des présentations PowerPoint car ils sont souvent constitués d’une suite de diapositives contenant des textes, des images et des listes à puces. Ils sont en général peu interactifs (cliquer sur le bouton « suivant » est souvent la seule activité « interactive » proposée). S’il y a un quiz, ce sera généralement un QCM ou un questionnaire type vrai ou faux.

Même s’ils sont basiques, ces modules e-learning sont loin d’être inutiles : ils constituent par exemple un moyen rapide et peu onéreux de rappeler des règles ou des procédures simples.

Niveau 2 : les modules e-learning intermédiaires

Au niveau intermédiaire, les modules e-learning commencent à avoir plus d’activités interactives et contiennent plus d’éléments multimédias. Ces modules peuvent avoir des vidéos et un audio plus travaillés, mais aussi des animations, des transitions et des activités interactives plus développées. À ce niveau, on trouve de plus en plus d’activités qui permettent aux apprenants de tester leurs compétences et leurs connaissances : des glisser-déposer ou des simulations logicielles, par exemple.

Ces modules e-learning sont très utilisés car ils constituent un bon équilibre entre une expérience d’apprentissage riche pour les apprenants et un temps de développement raisonnable.

Niveau 3 : les modules e-learning complexes

Au niveau 3, les modules e-learning deviennent vraiment sophistiqués, proposant une expérience d’apprentissage complexe et totalement interactive. Ces modules contiennent des vidéos, du son, des transitions, des animations, des activités interactives personnalisées, de la gamification, des captures vidéo d’écran, des simulations de logiciels, etc. Les quiz peuvent être des questions sur un scénario qui permettent à l’apprenant d’explorer plusieurs choix.

Les modules e-learning complexes sont surtout utilisés dans la formation avancée sur des sujets pointus, pour créer des simulateurs de vol ou pour former du personnel médical, par exemple.

Consultez les temps de développement moyens

Une fois que vous avez une idée de la complexité de votre projet et du niveau de module e-learning qui sera le plus adapté, vous pouvez utiliser ce tableau pour avoir une idée du temps de développement :

Nombre d’heures de développement pour créer une heure de formation

Plage Moyenne
Formation en présentiel Entre 22 et 82 heures 43 heures
Module e-learning basique Entre 49 et 125 heures 79 heures
Module e-learning intermédiaire Entre 127 et 267 heures 184 heures
Module e-learning complexe Entre 217 et 716 heures 490 heures

 

À noter : ces chiffres sont issus de cet article (en anglais), qui est l’une des ressources les plus utilisées pour estimer le temps de développement des modules e-learning.

Affinez votre estimation

Au final, personne ne mettra le même temps pour créer le même module. Ce qu’il faut savoir, c’est combien de temps cela vous prendra de concevoir des modules plus ou moins complexes. Le plus simple au départ, c’est de calculer le temps de développement de chacun de vos modules en utilisant un outil de suivi du temps. Parmi les outils gratuits, efficaces et intuitifs, je vous conseille Toggl, MyHours ou Task Timer. Ils sont simples à utiliser, ce qui augmentent les chances que vous les utilisiez sur le long terme.

En plus de vous aider à estimer plus précisément le temps qu’il vous faut pour développer un module, le suivi de votre temps de travail peut vous aider à analyser votre productivité. Cela peut aussi vous donner une idée du temps nécessaire pour effectuer les différents étapes du projet. C’est une information très utile lorsque vous demandez un délai ou des ressources supplémentaires.

Pour conclure

Malheureusement, il n’y a pas de réponse toute faite à la question : « Combien de temps cela prend-il de développer un module d’une heure ? » Mais j’espère que ces conseils vous aideront à mieux estimer votre temps de travail sur les modules e-learning !

Avez-vous d’autres conseils ou d’autres méthodes pour calculer le temps de développement de vos modules ? Si oui, n’hésitez pas à nous en parler dans les commentaires.

Et n’oubliez pas de nous suivre sur Twitter et de vous abonner au blog pour ne rater aucun conseil de pro sur tout ce qui touche au e-learning.

Community Manager International chez Articulate et experte e-learning passionnée possédant des années d’expérience dans la création de modules e-learning efficaces.

16 commentaires

  1. Michel ll y a 10 mois

    Par expérience à partir de l’analyse de la tâche, la définition des objectifs et la création des « aides au travail » (check lists, mode opératoire, dans le cas de tâches peu fréquentes à effectuer ) j’estime que la conception d’un module de 1heure de cours individualisé il faut compter 30heures de travail y compris la validation pour un « course déveloper » expérimenté en
    e- learning individualisé il faut comptre 35 heures pour 1heure. Pour blended leraning avec présentiel environ 20 heures.
    Le nombre de futurs participants doit donc être suffisant pour justifier ces investissements. Avec ces normes 80% des participants peuvent atteindre entre 80 et 90% des objectifs.
    Vous pouverz vous réferer à mes 2 livres:
    « L’environnement numérique et la formation ^professionnelle » Editions du Net 2012″
    « Revitaliser la formation professionnelle et développer les talents du futur » EDILIVRE 2015
    Michel Couroux

    • Auteur
      Allison LaMotte ll y a 10 mois

      Merci de partager votre expérience avec nous, Michel ! C’est intéressant car vos estimations sont nettement en-dessous de celles que Chapman Alliance propose. Cela confirme qu’en effet ça varie énormément en fonction de la personne et du projet.

      Vous avez souligné un point intéressant aussi : en effet, comme un module e-learning est plus long à développer qu’une formation en présentiel, il faut avoir suffisamment d’apprenants pour mériter d’en créer un !

  2. Michel ll y a 10 mois

    Pour concevoir des modules selon la « méthodologie » décrite dans mes livres la formation des concepteurs de cours est systématique . Je dois préciser que si des graphistes doivent intervenir il paut augmenter la durée de conception de quelque heures . Mais actuellement les photos d’objets et outils sont plus courants et faciles à intégrer. Il faut que les enseignants et experts praticiens des entreprises travaillent en équipe.

    • Auteur
      Allison LaMotte ll y a 10 mois

      Chaque formation est différente, donc je ne vois pas comment vous pouvez dire que pour concevoir un module e-learning d’une heure ça prend systématiquement 30 heures. Il y a de nombreux facteurs qui font que ça prend plus ou moins de temps. Même si la méthodologie est bonne, cela n’empêche que dans tout projet (e-learning ou autre) il y a des variables inconnues qui peuvent allonger ou raccourcir la durée du projet.

  3. MICHEL ll y a 10 mois

    Bien sûr que chaque projet est différent mais je donne un indicateur basé sur une moyenne qui varie entre 30 et 40 heures.
    Quand je travaillais avant l’existence du WEBB on comptait 100H pour 1 heure en « enseignement programmé » sur papier
    Quand on prépare un budget de projet il faut bien avoir une moyenne pour estimer les dépenses.
    La méthodologie est un « sandard de qualité  » qui permet d’échanger le matériel pédagogique en réseau d’institutions de formation qui peuvent ainsi partager les coûts de conception et production des outils pédagogiques et les adapter aux besoins locaux si nécessaire;

    .

  4. Gene ll y a 9 mois

    Il me semble que Michel parle de temps de conception et vous Alison parlez de temps de développement ?
    Pourriez-vous préciser ce qu’inclut les temps dont vous parlez svp ? Merci

    • Auteur
      Allison LaMotte ll y a 9 mois

      Moi je parle du temps de création du module du début jusqu’à la fin. Du coup ça comprend la conception et la réalisation (ou développement) dans l’outil.

  5. Clément ll y a 6 mois

    Bonjour Alison,

    Merci beaucoup pour cet article et ces fourchettes indicatives de temps qui sont très régulièrement demandées.
    De mon côté, j’ajouterai une autre patate chaude qui peut faire déraper les projets. C’est le niveau de stabilité des contenus et le rôle/présence de l’expert de contenu pour concevoir et développer le module elearning.

    Nous avons un premier type de projets où les contenus sont plutôt bien stabilisés et formalisés, avec un expert de contenu dont la responsabilité est clairement défini. Il fournira par exemple une base de travail comme un powerpoint qui rappelle les objectifs pédagogiques et qui décrit une partie des contenus à utiliser. Dans ces projets, on évalue assez facilement le volume de travail. Et même si les experts de contenu profitent souvent de la réalisation du module elearning pour passer un coup de verni sur leur contenu, il est facile d’estimer le temps de conception et de développement.

    Nous avons également un deuxième type de projets où on voit souvent trop tard qu’il ne sera pas évident d’avoir des contenus stabilisés par le client, des sujets qui pourront faire l’objets de (long) débats, voir le choix d’un expert de contenu qui n’est pas totalement validé ou remis en question. Pour ne rien arranger, on se rend parfois compte de la situation uniquement lors du démarrage du projet.

    Bref, une bonne dose de méthodologie de projet avant comme lors de la réalisation du projet sont des éléments à mon sens qui peuvent impacter beaucoup le temps de conception et de développement d’un module elearning. Et les bonnes ou mauvaises surprises !

    • Auteur
      Allison LaMotte ll y a 6 mois

      Très bonne remarque, Clément ! As-tu une astuce pour déterminer si oui ou non les contenu sont stabilisés (c’est-à-dire validés) ?

      • Clément ll y a 6 mois

        Bonjour Alisson,

        Pour déterminer si les contenus sont stabilisés, effectivement il y a ce que Marie indique : qu’est-ce que le client peut fournir comme documents en amont du le travail de conception.
        Mais généralement, c’est surtout avec les personnes qui ont fait peu/jamais d’elearning qu’on peut se retrouver dans ce type de situation compliquée. Malgré tous les efforts du monde dès le début du projet pour expliquer comment ça marche, le client ne se rend pas toujours compte des changements dans la manière de travailler et dans le rôle des uns et des autres qu’implique la réalisation d’un module elearning.

        • Auteur
          Allison LaMotte ll y a 6 mois

          Et donc comment tu fais pour essayer de leur faire comprendre ?

          • Clément ll y a 6 mois

            Je sors ma boule de crystale.

            Et pour être plus concret :
            – j’essaye de montrer un exemple proche du produit final pour le projet le plus tôt possible pour faciliter la prise de conscience,
            – d’en profiter pour expliquer ce qu’il va y avoir à faire, ce qui est fait par le prestataire et ce qui est à faire par le client
            – et du coup de vérifier que les ressources prévues côté client sont identifiés et suffisantes.

            C’est également important de demander quels sont les niveaux de validation : qui doit valider les contenus (jusqu’au directeur ou juste le référent?) et de rappeler l’importance des délais pour que la chaine de production se passe au mieux.

  6. Marie ll y a 6 mois

    Bonjour,
    Je viens de rendre connaissance de vos échanges et la réponse de Clément me fait penser à une expérience récente assez compliquée. Des astuces pour stabiliser les contenus je n’en connais pas, mais avant de signer la lettre de mission il me paraît impératif d’avoir un échantillon du contenu. Si l’échantillon est fourni rapidement avec « grâce » c’est de bon augure, s’il tarde à être produit, des réticences peuvent exister et donc ce sont des risques de dérapage à prendre en compte.
    En espérant que cette remarque vous soit utile..

    • Auteur
      Allison LaMotte ll y a 6 mois

      Ah oui c’est intéressant ! Merci pour ce partage d’expérience, Marie 🙂

  7. Auteur
    Allison LaMotte ll y a 6 mois

    Merci pour ces précisions Clément ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*