Réseaux Articulate :

Articulate

Concepteurs pédagogiques : 2 façons de booster votre crédibilité

Concepteurs pédagogiques : 2 façons de booster votre crédibilité

Regardons les choses en face : en tant que concepteur pédagogique, vous devez relever de nombreux défis dans l’exercice de votre métier. Il vous faut capter l’attention des apprenants avec du contenu stimulant et toujours plus interactif, tout en prenant en compte les impératifs commerciaux et les avis parfois bien arrêtés des spécialistes (ou SME). Mais ce n’est pas tout ! Vous devez faire tout cela en n’ayant à disposition que des informations parcellaires et parfois – quand vous avez de la chance – quelques ressources utilisables. Bref, ce n’est pas toujours une partie de plaisir !

C’est pourquoi vous avez parfois l’impression de vous battre contre des moulins. D’un côté, vous avez besoin que vos apprenants se concentrent sur votre message et croient que ce que vous leur dites est réellement utile pour eux. De l’autre côté, vous avez besoin de l’aide des spécialistes pour concevoir une formation qui soit aussi stimulante qu’efficace. Comment réussir à capter l’attention de tout le monde sans s’épuiser ? Voici deux manières intelligentes (et légèrement détournées) de vous affirmer et de booster votre crédibilité auprès de vos apprenants et de vos responsables.

Face à vos apprenants ? Dites-en moins et montrez-en plus.

Lorsque vous avez un délai serré, que vous êtes submergé par des tas de documents ou, plus simplement, lorsque vous êtes en panne d’inspiration, il peut être facile de reprendre la mauvaise habitude de simplement dire à vos apprenants ce qu’ils sont censés faire. Mais le problème avec cette façon de faire, c’est que cela risque de virer à la liste de choses à faire interminable et impersonnelle que personne ne retiendra.

Si vous vous contentez d’énumérer des procédures et des normes, vos apprenants verront surtout un exercice pénible qu’ils s’empresseront d’oublier aussitôt fait. Ils ont plutôt besoin d’une expérience d’apprentissage qui a du sens pour eux. À la place du jargon juridique et des mises en garde alarmistes, essayez de montrer aux apprenants pourquoi il devraient prêter attention à chaque procédure et à chaque norme.

Par exemple :

Évitez de dire… Mais essayez de montrer… Parce que…
« La politique de notre entreprise est que chaque employé doit rapporter tout danger potentiel à son supérieur hiérarchique. » …les conséquences réelles pour les employés et la société quand quelqu’un omet de rapporter un danger potentiel. …c’est en découvrant par eux-mêmes les conséquences de certains manquements que les apprenants apprendront réellement. Mieux vaut faire sa propre expérience que d’être abreuvé d’informations.
« À la fin de ce module, l’apprenant sera capable de faire ceci ou cela. » …à quel point les objectifs du module sont en adéquation avec leur fonction, comment ils peuvent les aider à résoudre leurs problèmes et les rendre plus compétents. …les gens sont plus susceptibles de collaborer et d’agir pour des idées qui leur sont personnellement utiles, pertinentes et réalisables.  

Face aux SME ? Soyez plus affirmé.

Une des plus grandes difficultés du métier de concepteur pédagogique est de se faire entendre des SME et de la hiérarchie. Comment faire en sorte qu’ils vous prennent au sérieux ?

Pour commencer, faites attention aux mots que vous employez. De simples changements dans la formulation des choses peut faire une grande différence sur la façon dont vous et vos idées seront perçus. En posant les bonnes questions, en s’attaquant aux problèmes et en faisant vos recommandations de façon directe, constructive et affable, vous prouverez votre savoir-faire tout en affirmant que vous êtes un professionnel crédible.

Voici quelques exemples pour illustrer ce point :

Évitez de dire… Essayez plutôt de dire… Parce que…
« Je n’ai pas votre expertise sur ce sujet. » « Pouvez-vous m’en dire plus sur le [domaine de compétence] ? » …la fausse modestie peut être tentante face à un expert, mais c’est une attitude passive qui vous discrédite et risque de vous faire perdre confiance en vous-même.
« On pourrait faire ceci ou cela. Je ne sais pas, cela dépend de vous. Quelle est votre recommandation ? » « Sur la base des informations dont nous disposons, je recommande que nous fassions ceci. Si nous faisons ceci, les avantages seraient … et les risques seraient… » …les gens aiment travailler avec les personnes qui apportent des solutions – même s’il y a d’autres options à prendre en compte et des risques à mesurer.

 

Et vous ? Avez-vous d’autres idées pour gérer les apprenants, les experts et vos relations dans l’entreprise tout en faisant votre travail de concepteur ? Partagez vos astuces et vos idées dans la zone de commentaires.

Abonnez-vous au blog pour toujours plus de conseils et d’astuces sur le e-learning et retrouvez-nous sur Twitter pour être au courant des nos actualités.

Community Manager International chez Articulate et experte e-learning passionnée possédant des années d’expérience dans la création de modules e-learning efficaces.

2 commentaires

  1. Ivana ll y a 3 années

    C’est un sujet très important ! A mon avis, les concepteurs pédagogiques sont des consultants qui proposent des solutions à des problématiques. Dans notre métier ce sont des problématiques de performance, d’intégration, d’apprentissage des salariés…
    Un/e consultant/e sait quel est son expertise et où sont ses limites : ce qu’il/elle sait faire tout seul(e), ce qu’il/elle sait faire avec les autres et ce qu’il faut faire par les autres.

    La crédibilité vient de l’argumentation qu’un concepteur pédagogique est capable d’apporter pour appuyer des solutions proposées. L’argumentation est basée sur :
    1/ des recherches scientifiques sur l’apprentissage et le comportement
    2/ des expériences sur des projets antérieurs

    Par exemple: « Pour cette problématique (situation) je vous propose d’intégrer un personnage car les recherches scientifiques ont montré que les apprenants s’identifient mieux avec le contenu s’il y a une mascotte ou un personnage qui guide à travers le module et montre les messages clés. »

    « D’après mon expérience sur ce type des projets (problématiques) il est important de couper un module de 2 heures en 4 mini modules de 30 minutes. Cependant, il faut garder le même fil rouge à travers les 4 mini modules et revenir chaque fois sur les concepts clés dans les différents modules car cela permet aux apprenants de mieux retenir les messages clés et sur le plus long terme. (comme démontré par les recherches sur l’apprentissage que vous pouvez trouver dans le livre présenté ici : http://www.formablog.fr/science-de-lapprentissage-applications-formation-ligne-lentreprise/ ) »

    • Auteur
      Allison LaMotte ll y a 3 années

      Très juste, Ivana ! Merci pour ces compléments d’information. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*