Réseaux Articulate :

Articulate

6 choses que les jeux vidéo peuvent vous apprendre pour l’écriture de vos scénarios e-learning

6 choses que les jeux vidéo peuvent vous apprendre pour l’écriture de vos scénarios e-learning

Les scénarios sont l’une des choses les plus amusantes à écrire en tant que concepteur pédagogique. Vous pouvez créer plein de personnages différents, choisir leurs motivations et déterminer comment cela impacte ce qu’ils disent ou font dans l’histoire. Et bien que vous puissiez en apprendre beaucoup sur la conception de scénarios à partir de livres, de films ou de séries, il me semble que les jeux vidéo ont encore plus à vous apprendre.

Bien sûr, tous les jeux n’ont pas des personnages parfaitement développés ou une intrigue captivante, mais les jeux bien faits peuvent être une excellente source d’inspiration pour vos scénarios e-learning. De la façon dont est gérée l’interaction de l’utilisateur avec le contenu aux approches utilisées pour écrire des histoires intéressantes et immersives, il y a beaucoup de points communs entre les jeux et les scénarios e-learning. Et c’est logique car ils ont tous les deux un objectif similaire : trouver des moyens intéressants pour stimuler leur public et les aider à s’améliorer.

Alors, quels conseils d’écriture scénaristiques pouvez-vous tirer des jeux vidéo ? Jetons un œil aux principaux.

1. Une intrigue convaincante est plus importante que l’esthétique

Lorsque vous imaginez un scénario intéressant, vous pourriez vous inquiéter de ne pas avoir les compétences ou les ressources nécessaires pour créer des visuels adaptés à votre intrigue. Votre idée risque-t-elle de tomber à plat si les personnages et le décor ne sont pas réalistes ? Avez-vous besoin d’un énorme budget pour créer des décors et des visuels parfaits ? Heureusement, les jeux vidéo ont une réponse déculpabilisante pour vous : non ! En ce qui concerne les jeux basés sur un scénario, il a été prouvé à maintes reprises que l’histoire que vous racontez compte plus pour les joueurs que vos graphismes.

Un exemple fantastique de ceci est le jeu Lifeline. C’est une expérience captivante, parfois stressante, racontée entièrement à travers des messages texte entre le joueur et un astronaute perdu dans l’espace. Et au fur et à mesure que l’histoire se déroule, le fait que vous ne puissiez rien voir d’autre que du texte ajoute de la tension. 

Un autre exemple d’histoire efficace associée à des graphiques basiques est Reigns, un simulateur de gouvernance qui utilise des cartes à jouer pour vous donner le choix sur la façon dont vous souhaitez reigner. C’est incroyable à quel point ce jeu est immersif alors qu’il n’y a pas beaucoup de visuels.

Cela ne veut pourtant pas dire que l’esthétique de votre scénario n’a pas d’importance. Cela veut simplement dire que si vous avez un temps et des ressources limités, il est préférable de vous concentrer sur l’élaboration de l’histoire et de trouver une esthétique simple.

2. C’est moins amusant quand la bonne décision est évidente

Une erreur courante que l’on retrouve dans de nombreux scénarios d’apprentissage est qu’il est trop facile de deviner quelle est la bonne réponse lors des conversations ou des décisions. Parfois la bonne réponse est systématiquement plus longue que les autres, ou son ton est différent. Parfois ce sont les autres choix qui pèchent : ils sont si évidents que n’importe qui comprend que c’est ce ne sont pas de bonnes décisions. Quand il ne faut pas beaucoup de réflexion pour identifier le bon choix, cela devient vite ennuyeux.

Au lieu de cela, il est préférable de donner à votre public des décisions difficiles mais réalistes à prendre, des choses qui les font réfléchir sérieusement à la meilleure option. Et les jeux le font incroyablement bien depuis des années. Prenez la série The Walking Dead de Telltale Games. L’histoire se déroule lors d’une apocalypse zombie et cette série de jeux excelle à forcer les joueurs à prendre des décisions difficiles où presque toutes les options ont à la fois des avantages et des inconvénients. Et cette difficulté donne du poids à ces choix, attirant les joueurs dans l’histoire pour évaluer leurs options et voir ce qui se passe en conséquence.

En utilisant cette approche dans vos scénarios, vous pouvez tirer pleinement parti d’une force importante de ce type de jeu : amener les gens à réfléchir sérieusement à des situations difficiles.

3. Assurez-vous que vos apprenants ont suffisamment d’informations pour y arriver

À l’inverse, vous ne voulez pas non plus rendre votre scénario trop difficile. Dans certains scénarios, les apprenants ne reçoivent pas suffisamment d’informations pour prendre des décisions éclairées. Par exemple, ils doivent interagir avec le contenu ou avec un personnage sans avoir d’indice sur ce qu’ils doivent faire. Et lorsque la seule façon d’obtenir la bonne réponse est une question de chance, les apprenants ont tendance à rapidement s’ennuyer et à abandonner.

Cela arrive aussi assez fréquemment dans les jeux vidéo. Avez-vous déjà essayé de faire interagir votre personnage avec chaque objet de chaque centimètre carré d’une pièce pour essayer de comprendre ce qu’il était possible de faire ? Vous êtes-vous déjà retrouvé tellement coincé dans un jeu que vous avez dû chercher la solution sur un forum ? 

Ces problèmes résultent souvent du fait que les professionnels du e-learning ou du jeu ne réalisent pas que ce qui est évident pour eux en tant que concepteurs ne l’est pas forcément pour un joueur qui découvre l’univers pour la première fois. C’est pourquoi vous devez noter quelles informations vous devez donner aux apprenants et quand il faut les donner lorsque vous planifiez votre scénario. Un autre bon moyen de détecter ces problèmes est de demander à des personnes extérieures de le tester, car elles peuvent vous indiquer lorsque les choses ne sont pas claires.

4. Réfléchissez à comment donner subtilement des retours aux apprenants

La plupart des gens connaissent les méthodes de base utilisées par les jeux classiques pour vous indiquer comment vous vous en sortez : les points et les vies. Et bien que ces approches soient encore utilisées dans de nombreux jeux aujourd’hui, les jeux basés sur un scénario utilisent souvent des signaux plus subtils et réalistes à la place. Et quand vous y réfléchissez, qu’est-ce qui semble le plus logique dans un scénario : une notification à l’écran indiquant que vous venez de gagner 100 points ou le personnage à qui vous venez de demander de l’aide qui vous sourit ? 

L’un des meilleurs genres de jeux vidéo pour voir ce genre de retours basés sur des histoires est celui auquel vous ne pensez peut-être pas au départ : les jeux romantiques interactifs. Comme leur gameplay tourne autour de la communication interpersonnelle, ces jeux sont une mine d’idées pour signaler subtilement les progrès. Prenez Hatoful Boyfriend, un jeu parodique de ce genre : vous pouvez en dire beaucoup sur le déroulement de votre conversation en fonction du ton des réponses des personnages. Et dans Scarlet Hollow, un hybride entre jeu romantique et horreur, les personnages utilisent souvent le langage corporel pour signaler ce qu’ils pensent de vos choix dans les conversations. Et ce jeu vous donne également accès à différentes options de conversation selon que vous êtes en train de plaire à un personnage ou de l’irriter.

Les retours subtils comme ceux-ci ressemblent plus à ce que l’on peut vivre dans la vie réelle, ce qui rend l’expérience plus réaliste pour vos apprenants.

5. Écrivez des dialogues qui sonnent naturels

Une formulation maladroite peut rendre une conversation dans un scénario involontairement hilarante. Quand un dialogue est trop différent de la façon dont les gens parlent réellement, cela suffit à faire sortir les gens de l’histoire. Et lorsque les dialogues ou les voix-off sont guindés ou formels – un problème courant dans les scénarios e-learning – cela éloigne encore plus l’expérience du monde réel.

Certains jeux plus anciens sont devenus cultes pour leur écriture maladroite, les dialogues qui sonnent faux, les mauvaises traductions ou le jeu d’acteur limité. Par exemple, les dialogues dans les premières versions de Resident Evil sont assez drôles. Mais au fil des versions, les améliorations apportées à l’écriture (et au jeu d’acteur) montrent à quel point ces aspects sont importants pour faire vivre à l’apprenant une expérience immersive. Regardez cet avant / après de certains dialogues du jeu Resident Evil entre l’ancienne version et le remake :

Avant Après
Voici un passe-partout. Cela pourrait être pratique si vous, le maître du crochetage, l’emmeniez avec vous. Au fait, j’ai failli oublié. Prenez ce passe-partout. Vous en ferez un meilleur usage que moi.

 

(voir la vidéo avant / après en anglais)

Bien sûr, l’écriture mise à jour n’est toujours pas parfaite, mais elle est nettement meilleure que l’originale et ne transforme pas par inadvertance un jeu d’horreur en blague.

Alors, quel est le meilleur moyen d’éviter les dialogues maladroits des jeux vidéo des années 90 dans vos scénarios ? Commencez par lire votre script à voix haute pendant que vous le rédigez. Si cela semble bizarre lorsque vous le dites, c’est signe qu’il faut le retravailler.

6. Ne rendez pas les conséquences des mauvais choix plus amusantes que celles des bons

Avez-vous joué à SimCity lorsque vous étiez plus jeune ? Si vous l’avez fait, vous avez peut-être découvert que si l’objectif officiel du jeu était de créer une métropole en constante expansion, il était dans les faits encore PLUS amusant de provoquer des catastrophes. Après tout, quand un jeu vous offre une option  « attaque de monstre », comment ne pas l’utiliser ? La destruction absurde n’était pas du tout le but du jeu, mais c’était amusant. Parfois même encore plus amusant que le jeu en lui-même.

Il est important de garder cela à l’esprit lorsque vous envisagez les différents chemins dans vos scénarios. Lorsque vous écrivez, il peut être amusant de rendre les choix les moins souhaitables drôles, décalés ou exagérés. Et il peut être tentant d’utiliser vos options de dialogue pour faire dire au personnage des choses sarcastiques à un client impoli. Et il peut être effectivement drôle de cacher des indices pour débloquer des fins alternatives absurdes. Ces idées ne sont pas mauvaises en elles-mêmes. Mais s’il est plus agréable et amusant de prendre les mauvaises décisions que les bonnes, vous ne pouvez pas être surpris si vos apprenants choisissent l’amusement plutôt que le travail.

Le plaisir est un élément crucial de ce qui rend les expériences de jeu telles que les scénarios si attrayants. Assurez-vous simplement que le plaisir serve réellement à renforcer les objectifs d’apprentissage du projet.

En résumé

Jouer à des jeux vidéo est donc un excellent moyen pour avoir des idées pour écrire des scénarios d’apprentissage. En effet, les jeux vidéo regorgent de toutes sortes d’idées que vous pouvez appliquer à la création de vos scénarios e-learning : favoriser l’histoire à l’esthétique, où concentrer les ressources si elles sont limitées, quelle quantité d’informations donner pour que l’ensemble reste agréable mais stimulant, ou encore où mettre de l’humour ou du plaisir pour renforcer l’apprentissage.

Vous savez donc ce que cela signifie ? Vous avez désormais une bonne raison pour tester des jeux sous le prétexte d’écrire de meilleurs scénarios !

Avez-vous d’autres idées tirées des jeux vidéo pour écrire des scénarios captivants ? N’hésitez pas à en parler dans les commentaires. Et si vous voulez en savoir encore plus sur la création de scénarios e-learning convaincants, consultez ces articles :

Suivez-nous sur Twitter et abonnez-vous au blog pour plus de conseils utiles sur tout ce qui concerne le e-learning.

Community Manager International chez Articulate et experte e-learning passionnée possédant des années d’expérience dans la création de modules e-learning efficaces.

1 commentaire

Pingbacks

  1. […] 6 choses que les jeux vidéo peuvent vous apprendre pour l’écriture de vos scénarios e-learning […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*