Réseaux Articulate :

Articulate

Faut-il se lancer en tant que concepteur e-learning indépendant ?

Faut-il se lancer en tant que concepteur e-learning indépendant ?

Je discute avec beaucoup de concepteurs e-learning qui travaillent actuellement en entreprise mais qui rêvent de devenir indépendants. Si vous lisez cet article, il y a des chances que vous y ayez également pensé. Mais le monde des freelances n’est pas toujours rose. Comme pour la plupart des choses, il y a des avantages et des inconvénients à devenir indépendant. Pour vous donner un réel aperçu de la réalité des indépendants, j’ai parlé à Philippe Siwinski, Ray Cole, David Tait, Russ Sawchuk, Bruce Graham, Ashley Chiasson et Matthew Bibby, membres de la communauté E-Learning Heroes. Ils ont tous travaillé en tant que freelances e-learning à un moment ou à un autre. J’ai rassemblé leurs idées ci-dessous pour vous aider à déterminer si vous êtes fait pour devenir concepteur e-learning indépendant.

Avantages

  • Vous pouvez travailler où et quand vous le voulez.
  • Vous n’avez pas de temps de trajet (sauf si vous décidez de travailler dans un bureau en coworking).
  • Vous pouvez travailler en pyjama !
  • Vous avez la possibilité d’accepter ou de refuser un travail (une fois que vous avez suffisamment de clients stables).
  • Vous ne dépendez d’aucun patron, vous pouvez donc faire les choses à votre façon. Ou du moins en théorie. Car comme le dit David Tait : « Ce n’est pas forcément vrai : comme chaque client est votre patron, vous êtes toujours plus ou moins aux ordres de quelqu’un. »
  • La demande est forte, il y a donc beaucoup d’opportunités.
  • Vous pouvez développer votre réputation et votre propre marque.
  • Vous perdez moins de temps car il y a moins de travail « inutile », comme les réunions, les évaluations de performance, etc.
  • Vous avez la possibilité de travailler avec une grande variété de personnes sur de nombreux sujets.
  • Vous pouvez facturer des frais urgents pour certains projets urgents.
  • Vous pouvez effectuer plusieurs tâches à la fois (lancer une machine, commencer à préparer le dîner, etc.) si vous travaillez à domicile.

Inconvénients

  • Il y a un risque d’isolement quand on travaille à domicile.
  • Certains clients paient entre 30 à 60 jours après la fin de votre travail.
  • La charge de travail peut être très variable. Ray Cole m’a dit : « Les revenus (et les heures de travail) peuvent être extrêmement variables – et c’est souvent tout ou rien. Les périodes les plus chargées arrivent généralement pendant les vacances. En tant que freelance, j’étais toujours occupé pendant les vacances de Noël. »
  • Vous avez plus de tâches administratives (gestion de la trésorerie, des factures, des impôts et des prélèvements obligatoires, etc.). Matthew Bibby en parle : « La gestion d’une entreprise prend du temps. La facturation, les contrats, les prélèvements sociaux, la prospection, la planification, le développement de son site web et les réunions avec les clients doivent être faits… mais vous ne serez pas payé pour cela ! »
  • Vous n’avez pas de congés payés et il faut gagner suffisamment pour pouvoir obtenir un arrêt maladie ou un congé maternité, par exemple. Vous ne cotisez pas au chômage, non plus.
  • Planifier des vacances peut être difficile. La recette d’Ashley Chiasson est de prévenir ses clients très à l’avance pour les moments où elle ne sera pas disponible.
  • Vous n’avez personne à qui vous adresser lorsque des problèmes informatiques surviennent.
  • Il est plus difficile d’arrêter le travail en fin de journée.
  • Vous avez moins d’espace chez vous si vous travaillez de la maison car vous avez besoin d’un bureau.
  • Il est plus difficile d’obtenir un prêt immobilier ou un prêt automobile les premières années.

Êtes-vous armé pour ce statut ?

Si vous hésitez encore après avoir lu cette liste d’avantages et d’inconvénients ci-dessus, voici quelques questions à vous poser afin de décider de ce qui vous conviendra le mieux.

  • Vos compétences en conception et intégration e-learning sont-elles à la hauteur ? C’est généralement une bonne idée d’acquérir de l’expérience en tant que concepteur-intégrateur e-learning en entreprise avant de se lancer en freelance. De cette façon, vous aurez l’occasion d’apprendre des autres et d’améliorer vos compétences.
  • Avez-vous des compétences en gestion de projet ? En tant que freelance, vous devrez gérer vos propres projets. Si vous ne l’avez jamais fait auparavant, il faudrait peut-être essayer de vous familiariser avec cette tâche avant de devenir votre propre chef.
  • Êtes-vous un bon vendeur ? En tant qu’indépendant, vous devez savoir vous vendre. Vous devez être capable d’expliquer aux gens ce qui vous rend spécial et pourquoi ils devraient travailler avec vous plutôt qu’avec quelqu’un d’autre. Qu’est-ce qui vous différencie de vos concurrents ?
  • Comment gérez-vous l’incertitude ? Il y a beaucoup de hauts et de bas dans l’indépendance. Parfois, vous aurez des tonnes de travail et parfois, vous n’en aurez pas. Si l’incertitude vous met mal à l’aise, alors ce n’est peut-être pas la meilleure option pour vous.
  • Avez-vous d’autres sources de revenus ? Comme le fait remarquer Russ Sawchuk, il est beaucoup plus facile de prendre la décision de devenir travailleur indépendant lorsque votre conjoint ou partenaire a un revenu stable sur lequel vous pouvez compter. Cependant, cela ne signifie pas qu’un célibataire ne peut pas travailler en indépendant ! Cela signifie simplement qu’il faudra peut-être mettre de côté avant de vous lancer.
  • Êtes-vous plutôt introverti ou plutôt extraverti ? Si vous êtes très extraverti et que vous aimez les interactions sociales, vous pouvez vous sentir seul à travailler à la maison. Cependant, cela ne signifie pas que tous les freelances doivent être introvertis ! Il existe de nombreuses possibilités pour rencontrer des gens lorsque l’on est freelance. Philippe Siwinski suggère de s’installer dans un espace de coworking ou, quelques heures par jour, de travailler dans un café. Une autre option consiste à retrouver des amis après le travail.

Conseils pour débuter

Une des choses les plus effrayantes lorsqu’on débute en tant qu’indépendant est qu’on ne peut plus compter sur un salaire mensuel. Voici quelques conseils pour effectuer une transition en douceur :

  • Bruce Graham recommande de cumuler travail indépendant et salariat pendant un an environ pour voir si cela vous plait et pour voir combien de revenus vous êtes capable de générer. Ainsi, si vous décidez que ce n’est pas votre tasse de thé, vous n’aurez pas à chercher un nouvel emploi. Et si vous aimez vraiment cela, vous aurez déjà quelques clients lorsque vous déciderez de tenter l’aventure à temps plein. Avant de faire cela, assurez-vous que votre contrat de travail actuel ne l’interdit pas. Si c’est le cas, envisagez de négocier avec votre patron.
  • Économisez suffisamment d’argent pour pouvoir vivre six à neuf mois, pour vous donner un peu de marge de manœuvre si votre entreprise met un certain temps à décoller.

Le mot de la fin

L’indépendance n’est pas faite pour tout le monde. Vous devez prendre en compte votre personnalité, votre niveau de compétence et votre situation financière lorsque vous décidez de devenir votre propre patron. J’espère que ces informations vous aideront à faire le bon choix.

Vous êtes concepteur e-learning freelance ? Êtes-vous d’accord avec cette liste d’avantages et d’inconvénients ? Avez-vous d’autres conseils à donner aux personnes qui envisagent de dire adieu à leur salaire mensuel ? Partagez vos conseils dans l’espace ci-dessous !

Et n’oubliez pas de nous suivre sur Twitter et de vous abonner au blog pour plus de conseils utiles sur tout ce qui concerne le e-learning.

Community Manager International chez Articulate et experte e-learning passionnée possédant des années d’expérience dans la création de modules e-learning efficaces.

16 commentaires

  1. Thouraya ll y a 3 mois

    Bonjour Allison,
    Oui c’est vraiment un sujet qui pourrait intéresser plusieurs.
    Les avantages et les inconvénients sont, en faite, ceux du télétravail en général.
    Je trouve intéressant, les questions à se poser et les conseils pour débuter. J’ajouterais une question: Etes vous bien organisé? Car même si on a un très bon planning de gestion du projet si on est mal organisé on ne pourra pas bien l’appliquer et respecter ses délais.
    De mon côté, j’ai eu une expérience dans ce domaine, ça a réussit pour des projets ponctuels parce que j’ai choisi mon client, je suis très bien organisée et j’ai surtout un autre revenu fixe, donc pas de risque 😉
    Merci encore Allison pour ce sujet.

    • Auteur
      Allison LaMotte ll y a 3 mois

      C’est vrai qu’il faut aussi être organisé ! Merci pour ce partage, Thouraya ! 🙂

  2. Tété ll y a 3 mois

    Bonjour Allison,

    Merci pour ce sujet qui m’intéresse, ayant connu une période assez longue de salariat avant de travailler aujourd’hui à mon propre compte. Une chose à laquelle on n’est souvent pas préparé c’est la vente de services. Je me suis rendu compte que le consultant est à la fois son propre vendeur, son comptable, son technicien… Bref, il doit se prendre en charge totalement.

    Les recettes que vous proposez sont assez intéressantes. La seule qui me semble discutable est celle d’allier salariat et travail indépendant pendant un moment. En général, les contrats de travail excluent la possibilité de mener d’autres activités ou de vendre des services à des structures concurrentes. Même si cela n’est pas le cas, la vraie expérience du travail indépendant ne commence que lorsqu’on n’est plus salarié. Le cumul des deux statuts ne permet pas vraiment d’apprécier les défis.

    Chapeau pour cet article, excellent comme d’habitude. Bonne année !

    • Auteur
      Allison LaMotte ll y a 3 mois

      Oui, c’est sûr que parfois ce n’est pas possible mais ça me semble être un bon point de départ si jamais ce n’est pas formellement interdit dans le contrat de travail. Merci pour ce retour !

  3. Caroline ll y a 3 mois

    Bonjour, article très intéressant, mais j’ajouterais que pour moi la grosse difficulté a été d’évaluer le temps nécessaire à la réalisation du projet quand on est débutant. Ce temps de production est incompressible surtout quand on est perfectionniste comme moi, on a souvent tendance à rallonger car le projet ne nous parait jamais assez bien pour mettre le clap de fin. Je conseillerais donc pour le premiers projet de rajouter toujours un peu de temps à celui initialement prévu, et ne pas prendre trop de clients au début pour ne pas se faire avoir et pouvoir rendre ses projets à temps.

    • Auteur
      Allison LaMotte ll y a 3 mois

      Merci pour ces conseils, Caroline ! 🙂

    • Merci Allison pour cet article. C’est vrai Caroline, l’expérience aide beaucoup. Attention au perfectionnisme, nous ne créons pas toujours des chefs d’oeuvre. Les clients peuvent se constituer une équipe qui mélange débutants et experts. Bon courage

  4. Auteur
    Allison LaMotte ll y a 3 mois

    Très bons conseils, Philippe ! Merci

  5. Emmanuelle ll y a 3 mois

    Merci pour cet article très utile !
    Pour les revenus, je rajouterais qu’il est possible de cumuler l’allocation chômage avec son activité sous certaines conditions, ce qui permet d’avoir un revenu minimum même en l’absence de chiffre d’affaires. Tout en ayant le temps de se consacrer pleinement à son projet.

  6. Maxime ll y a 2 mois

    Bonjour,

    Vous parlez peu de la prospection des clients dans vôtre article. Quelles méthodes préconisez vous pour un(e) débutant(e) ?
    Lesquelles sont les plus efficaces ?
    Merci

    • Auteur
      Allison LaMotte ll y a 2 mois

      Bonne question ! N’ayant jamais travaillé comme freelance moi-même, cet article est le fruit de discussions avec des personnes qui l’ont déjà fait. Ils ne m’ont pas parlé des techniques de prospection client donc je ne saurai pas vous guider ce point, désolée ! En espérant que quelqu’un de la communauté pourra vous aiguiller.

  7. Jean-Luc RIO ll y a 2 mois

    Je suis télétravailleur et auto-entrepreneur. C’est beaucoup d’heures de travail et une coupure difficile à faire parfois. Je suis le premier au travail et le dernier à quitter mon poste. Je fais 10 à 12 heures de travail par jour. J’organise mon travail comme je le veux même si je suis contraint par des échéances. Les tâches sont souvent variées et j’aime ça.
    J’ai la chance de pouvoir être créatif tout en respectant des contraintes d’efficacité pédagogique.
    Il est effectivement possible de cumuler chômage et activité freelance.
    Je reste à votre disposition si nécessaire. 🙂

  8. Manon ll y a 2 mois

    Merci pour cet article et les témoignages !
    Ayant pour projet de devenir entrepreneur d’ici quelques mois, ces articles me sont d’une aide précieuse !
    Je me permets simplement de signaler qu’il existe en France des status qui permettent de palier certains inconvénients.
    Par exemple, intégrer une coopérative d’entrepreneur permet d’être accompagné dans la création de son activité par des formations, de confier l’aspect administratif personnes compétentes, de disposer d’espace de travail avec d’autres entrepreneurs pour rompre la solitude (et se constituer un réseau), et même de signer un contrat de travail avec la coopérative pour avoir un statut d’entrepreneur salarié ! Ce qui permet de dépendre du régime général de la Sécurité social au même titre qu’un salarié (protection maladie, maternité…) ainsi que de cotiser au chômage.
    Ces statuts (il y a aussi le portage salarial) son à mon sens trop peu connus, et ont de réelles plus-values pour un entrepreneur débutant… Voici un lien pour plus d’informations 🙂
    https://www.afecreation.fr/pid14974/cooperative-d-activite-et-d-emploi-cae.html

    Merci en tous cas pour vos articles, et tous les échanges en commentaires, ce sont de vraies mines d’or ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*