Réseaux Articulate :

Articulate

Dans la peau d’un concepteur e-learning indépendant

Dans la peau d’un concepteur e-learning indépendant

Avez-vous lu l’article Dans la peau d’un concepteur pédagogique que j’ai publié récemment ? De nombreux personnes m’ont dit à quel point elles avaient apprécié d’avoir un véritable aperçu du quotidien d’un concepteur pédagogique. Je me suis dit que ce serait bien de continuer cette série avec un regard sur la vie quotidienne d’un freelance e-learning. Mais comme je n’ai jamais travaillé en freelance, j’ai demandé à ma collègue Trina Rimmer, qui a travaillé en tant qu’indépendante pendant plus de cinq ans, de nous raconter tout cela. Elle a tout fait : conception pédagogique, développement e-learning, contrôle qualité et gestion de projet. Elle m’a dit que, quand elle y repensait maintenant, elle ne pouvait s’empêcher de se demander comment elle avait pu gérer tous ces rôles sans perdre la tête !

Sans plus tarder, voici un aperçu de la journée de travail typique d’une freelance e-learning, et je vous préviens tout de suite : c’est épuisant rien qu’à la lire. Alors, sans plus tarder, je laisse la parole à Trina.

7:00

J’ai réglé mon réveil à 6 heures aujourd’hui pour prendre le temps de répondre à tous les e-mails clients auxquels je n’ai pas fini de répondre hier soir. Et bien que ce soit confortable de travailler depuis son lit en pyjama, je me rends vite compte que je n’ai qu’une heure pour prendre une douche, préparer les enfants, les habiller, leur faire prendre leur petit-déjeuner et vérifier leurs sacs à dos. Travailler à la maison signifie souvent que travail et famille se mélangent et qu’il faut gérer les deux, de front.

8:30

J’ai déposé mes enfants à l’école, j’ai promené les chiens et je me suis finalement installée dans mon fauteuil de bureau pour continuer ma journée de travail. Ding ! C’est un message entrant de mon collègue développeur (un indépendant, lui aussi). Il propose un Skype pour discuter de notre réunion de 9 heures avec le client A. Nous discutons rapidement au téléphone et nous mettons nos idées en forme.

J’ai vite compris que certains projets étaient tout simplement trop lourds pour que je puisse les faire entièrement moi-même. C’est pourquoi il m’a paru important de travailler en réseau et de tisser des liens avec d’autres indépendants avec lesquels je pouvais établir un partenariat.

9:00

Après les salutations d’usage avec le client A, nous nous mettons au travail. Mon partenaire partage son écran et nous guide dans la première version du module, diapositive par diapositive. En cours de route, j’explique au client que nous utilisons des images provisoires pour certaines diapositives, car les images définitives sont toujours en cours de création. Je prends des notes sur les réactions du client et sur ses demandes. Parfois, je dois intervenir et lui rappeler en douceur que nous avons construit le module en suivant le storyboard et les prototypes qu’il a déjà approuvés. J’ai appris assez rapidement qu’une communication claire et une bonne gestion des attentes des clients sont essentielles dans les projets e-learning, notamment lorsque vous êtes freelance.

10:30

Cette réunion client qui devait durer une heure dure depuis une heure et demi et elle n’est toujours pas terminée !

La bonne nouvelle, c’est que le client A aime l’ensemble du module que nous avons créé. La mauvaise, c’est qu’il souhaite quand même apporter des modifications sur le graphisme. Il va nous falloir discuter avec le client pour qu’il comprenne vraiment l’impact de tels changements à ce stade du projet.

Après un coup d’œil rapide à notre plan de projet, mon partenaire et moi-même convenons que nous pouvons apporter les modifications sans impact sur le planning prévu, mais que cela augmentera le budget prévu. Certaines demandes de graphismes personnalisés sortent du périmètre prévu et entraîneront des coûts supplémentaires pour notre graphiste. Le client hésite un instant mais accepte de payer pour les modifications afin d’obtenir exactement ce qu’il veut.

Note à moi-même : je dois rédiger et envoyer les modifications de notre contrat avant la fin de la journée !

11:00

Après avoir bu un café, je décide d’avancer sur le storyboard d’un autre projet. Il me reste beaucoup de travail pour le terminer, alors je bloque toute une journée pour ça la semaine prochaine. Avec ce jour bloqué sur mon calendrier, je devrais être capable de mettre ma casquette de conceptrice et de me concentrer sur le matériel.

11:45

Je reçois un e-mail d’un client potentiel, le client B. Il a trouvé mon portfolio en ligne et veut discuter d’une éventuelle collaboration pour transformer un contenu de formation en présentiel en module e-learning. Comme je reçois beaucoup de demandes de ce genre, j’ai un e-mail standard que j’envoie en réponse aux appels d’offres. J’ouvre le brouillon sauvegardé, je change les noms et j’appuie sur Envoyer.

12:00

Il est temps de passer encore à autre chose ! J’ai une autre réunion client prévue, cette fois-ci avec le client C, pour faire l’analyse des besoins pour un nouveau projet. Avant que nous ne commencions, le client m’explique que son budget pour le projet a été réduit et que je devrai effectuer à la fois le travail de conception et de développement. En réalité, cela me convient, car j’aime toutes les occasions de me faire payer pour développer mes compétences sur Storyline !

Pour clore l’appel, je passe en revue le plan de projet avec lui, je clarifie les étapes suivantes, puis nous terminons l’appel un peu plus tôt que prévu.

12:45

Je suis contente que ma réunion avec le client C se soit terminée plus tôt parce que je meurs de faim ! Je n’ai pas eu le temps de prendre mon petit-déjeuner ce matin et j’ai carburé toute la matinée au café et à l’adrénaline. Avant de faire ma pause, je prends la précaution de me déconnecter de Skype et de bloquer mon planning jusqu’à 14 heures pour déjeuner et décompresser. En devenant indépendante, j’ai appris à faire des pauses régulièrement pour éviter le burnout.

13:30

Le réel avantage d’être freelance en e-learning, c’est que, normalement, vous avez plus de contrôle sur votre emploi du temps. Le « normalement » est important ! Je suis en train de me préparer à manger lorsque je vois que j’ai un e-mail du client B, le client potentiel auquel j’ai répondu plus tôt aujourd’hui. Il veut savoir si je suis disponible pour une réunion rapide aujourd’hui à 14 heures.

Même si j’ai vraiment besoin de faire une pause, j’accepte son invitation. À vrai dire, je refuse rarement la possibilité de travailler. Lorsque vous travaillez en freelance, il est important d’avoir un flux de clients assez important. Ainsi, si le projet d’un client s’arrête (et retarde ainsi le moment où je peux facturer), j’en ai toujours un autre en cours afin de pouvoir conserver des revenus réguliers.

14:00

Le client B dispose d’un calendrier très serré pour transformer sa formation en présentiel en e-learning. Il veut que dix modules de 30 à 45 minutes soient créés et mis en ligne sur le LMS en seulement huit semaines ! Je ne suis pas vraiment sûre de pouvoir le faire avec tous mes autres projets – et sans tirer un trait sur mes prochaines vacances. Et je ne suis vraiment pas du genre à bâcler le travail !

J’ai besoin de temps pour savoir si je dois accepter ce travail ou non, alors je lui dis que je vais consulter mon planning et ma charge de travail et que je lui répondrai avant la fin de la journée. Lorsque vous travaillez en freelance, il est important de vous rappeler que, contrairement à un salarié traditionnel, vous pouvez choisir vos projets. Vous n’êtes pas obligé d’accepter les projets irréalistes aux deadlines trop serrées – et si vous les acceptez malgré tout, vous pouvez négocier un salaire plus élevé.

15:00

J’ai enfin réussi à déjeuner ! La journée passe à une vitesse folle et je dois aller chercher mes enfants à l’école à 15h30. Bien que je sois contente d’avoir la possibilité d’être plus présente pour ma famille, la contrepartie de cette flexibilité est que je suis constamment en train de faire plusieurs choses à la fois. Il est parfois difficile de trouver le temps de se concentrer pleinement sur un projet.

16:00

N’ayant plus de rendez-vous clients prévus, je peux enfin me concentrer sur ma liste de tâches, qui comprend :

  • Rédiger la demande de changement pour le client A.
  • Regarder mon planning pour pouvoir fournir une estimation au client B.
  • Rédiger et envoyer cette estimation au client B.
  • Écrire et envoyer un e-mail au client C pour récapituler ce qui s’est dit lors de la réunion d’aujourd’hui et sur les prochaines étapes du projet.

17:30

Je n’ai pas réussi à aller au bout de ma liste de choses à faire avant qu’il ne soit l’heure de préparer le dîner. Pendant que je coupe des légumes, mon téléphone sonne. C’est le client D. Il y a deux semaines, je lui ai envoyé le dernier module à charger sur le LMS. Le client D me dit que les modules ne sont pas marqués comme terminés, même après que les apprenants ont vu toutes les diapositives. Il demande ma présence à une réunion d’urgence avec le fournisseur LMS et toutes les parties prenantes du projet pour essayer de comprendre ce qui se passe.

18:00

Je prends l’appel et après de nombreuses recherches, nous réussissons à isoler le problème : certains apprenants utilisaient une ancienne version de Chrome. Heureusement, le client D pense être capable d’aider ces apprenants à installer une mise à jour du navigateur. C’est bon ! La crise est évitée !

Bien que nous ayons facilement trouvé la solution cette fois-ci, cela me rappelle encore une fois que mes clients comptent sur moi pour le support technique lorsque les modules que je crée ne fonctionnent pas comme prévu. Parfois, cela peut être très stressant, en particulier lorsque votre client a des centaines, voire des milliers d’employés, qui doivent suivre le module e-learning que vous avez créé.

20:00

Nous avons dîné et la vaisselle est faite. Il est temps de faire cette estimation pour le client B.

22:00

J’ai coché tous les éléments de ma liste de tâches et je suis sur le point d’aller dormir lorsque mon collègue développeur sur le projet du client A m’envoie un message sur Skype. Il veut savoir si je peux faire un rapide contrôle qualité des changements qu’il a apportés au module. Comme il faut de toute façon que ce soit fait, je me réinstalle dans mon fauteuil et je clique sur le lien pour consulter le module mis à jour.

22:30

J’ai trouvé quelques bugs dans la navigation alors j’enregistre une capture vidéo de mon écran pour la partager avec mon partenaire. Je regarde également le planning de demain et je suis soulagée de constater je n’ai pas de réunion clients. Cela signifie que je peux prendre quelques heures pour faire des courses ou déjeuner avec un ami.

Passer du temps avec les autres est extrêmement important lorsqu’on travaille à plein temps à domicile. Sinon, on risque de se transformer en ermite !

23:00

Je viens de me rendre compte que demain est le dernier jour du mois, je dois donc ajouter la facturation mensuelle à mon emploi du temps. Allongée dans mon lit, je prends mon téléphone et ajoute un créneau dans mon planning du lendemain pour faire cela. Je me souviens également qu’il faut que j’envoie un rapide e-mail à mon comptable pour lui demander de s’occuper de payer mes impôts. Ces tâches administratives prennent bien plus de temps que je ne l’aurais jamais imaginé ! Voilà, j’éteins les lumières pour recharger mes batteries et être prête à recommencer demain.

À retenir

Eh bien ! La vie de freelance de Trina semble assez éprouvante. Même si cela doit être vraiment agréable d’avoir du contrôle sur son travail et sur son planning, on dirait que c’est aussi plus stressant de travailler en indépendant qu’en salarié. Entre la gestion des clients, la gestion de l’entreprise et la gestion de projet, la définition du tarif horaire en fonction des coûts d’exploitation, des logiciels utilisés, des frais de marketing, des années de formation et d’expérience… il y a de quoi faire ! Sans oublier que certains clients, en particulier les nouveaux, peuvent avoir du mal à comprendre les différences de coût horaire entre freelances proposant les mêmes services. Il faut donc bien savoir vendre ses compétences et gagner la confiance de ses clients sur chaque projet.

L’autonomie que l’on gagne en étant indépendant est galvanisante et motivante mais ce n’est pas sans compromis. Par exemple, Trina m’a raconté qu’elle emportait toujours son ordinateur portable lors de ses vacances en famille afin de pouvoir travailler pendant que sa famille profitait des vacances sans elle. Elle a aussi passé beaucoup de temps à s’inquiéter que son réseau de client diminue d’un seul coup et qu’elle soit obligée de vider son compte épargne pour joindre les deux bouts. Et même si elle a toujours travaillé sans compter pour avoir un flux régulier de projets, il y a régulièrement eu des périodes creuses difficiles à affronter.

Même si le travail en tant que freelance n’a pas toujours été aussi facile que prévu, Trina a trouvé que c’était une expérience enrichissante. Elle y voit un moment où elle a beaucoup appris sur elle-même et qui lui a permis d’être fière de son travail. Elle sait maintenant qu’elle est plus résistante, plus compétente en affaires, plus créative et débrouillarde qu’elle ne l’aurait imaginé. Après tout, lorsque vous faites quelque chose vous-même, vous n’avez pas d’autre choix que de le faire correctement.

Envisagez-vous de devenir freelance en e-learning ? En plus de cet article, en voici un autre que vous devriez lire avant de vous lancer : Faut-il se lancer en tant que concepteur e-learning indépendant ?

Et vous, en tant qu’indépendant, auto-entrepreneur ou freelance, votre journée typique ressemble-t-elle à celle de Trina ? Ou est-elle vraiment différente ? Partagez vos expériences et vos remarques ci-dessous. J’aimerais en savoir plus sur ce que vous aimez et ce que vous n’aimez pas dans l’indépendance, et je suis sûre que d’autres aimeraient en apprendre davantage aussi !

Et n’oubliez pas de nous suivre sur Twitter et de vous abonner au blog pour lire plus d’articles et de conseils sur tout ce qui touche au e-learning.

Community Manager International chez Articulate et experte e-learning passionnée possédant des années d’expérience dans la création de modules e-learning efficaces.

4 commentaires

  1. Yann ll y a 2 mois

    Très instructif, bravo et merci Allison !

  2. Anne Catherine ll y a 2 mois

    Bonjour Allison merci pour ces articles « vis ma vie » qui sont très instructifs. en effet l’indépendance nécessite développer de nombreuses casquettes et de mener de front un peu trop de projets pour avoir un niveau d’activité toujours suffisant . Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*