Réseaux Articulate :

Articulate

5 questions à se poser pour définir son taux horaire quand on est indépendant

5 questions à se poser pour définir son taux horaire quand on est indépendant

La plupart des concepteurs pédagogiques qui travaillent en freelance facturent à l’heure. En règle générale, ils ont une fourchette de taux horaires qu’ils adaptent en fonction du projet et du client. Cela leur permet de personnaliser les prix selon les besoins et de conserver un avantage concurrentiel lorsqu’ils font des devis. Lorsqu’ils calculent le coût total d’un projet, ils multiplient leur taux horaire par le nombre d’heures qu’ils estiment qu’il faudra pour le réaliser.

Mais savoir combien facturer peut être délicat lorsque vous débutez. Vous ne voulez pas être au-dessus du prix du marché, mais vous ne voulez pas non plus travailler à perte. Si vous ne savez pas comment définir votre prix, alors vous êtes au bon endroit ! Dans cet article, nous parlerons des différents facteurs à considérer pour prendre cette décision. Êtes-vous prêt à en savoir plus ? C’est parti !

1. Quel est votre niveau d’expérience ? 

L’un des facteurs les plus importants à prendre en compte lorsque vous définissez votre taux horaire est le nombre d’années de travail en tant que concepteur pédagogique. Mais les années d’expérience ne font pas tout ! Il est également important de tenir compte du nombre de projets sur lesquels vous avez travaillé. Certains concepteurs pédagogiques créent plus de 25 modules e-learning au cours de leur première année, tandis que d’autres n’en créent qu’un ou deux. Quelle que soit votre situation, assurez-vous que votre taux horaire reflète fidèlement votre expérience. Plus vous avez réalisé de projets, plus vous pouvez facturer à l’heure.

2. À quel point le marché est-il compétitif ?

Si vous avez choisi de travailler en freelance, vous savez probablement que les concepteurs pédagogiques sont très demandés. C’est une bonne nouvelle pour vous, car cela signifie que vous pouvez facturer plus par heure ! Cependant, si vous vous trouvez en concurrence avec de nombreux autres concepteurs, il est important de savoir combien ils facturent et d’ajuster votre prix en fonction si vous ne voulez pas manquer des opportunités. Cela dit, assurez-vous de ne pas vous sous-vendre et de ne pas facturer si peu que vous regretterez d’avoir accepté un projet.

3. Qui est votre client ?

Connaître un peu le profil de votre client est un autre facteur qui peut vous aider à choisir un taux horaire équitable pour toutes les personnes impliquées. Par exemple, les banques et les sociétés pharmaceutiques ont souvent des budgets plus importants à consacrer aux modules e-learning, alors que les organisations à but non lucratif et les établissements scolaires et universitaires en ont généralement beaucoup moins. Gardez cela à l’esprit lorsque vous déterminez votre prix.

4. Quel est votre taux horaire idéal ? 

Pensez à un prix beaucoup plus élevé que votre taux horaire prévu. Un prix si élevé que vous n’imaginez pas sincèrement être payé autant. Faites-en le prix de votre prestation la plus haut de gamme de votre gamme de services. Bien que ce ne soit pas un chiffre avec lequel vous débuterez votre négociation, il est bon de l’avoir en tête au cas où on vous le demanderait ! Par exemple, imaginez qu’un client vienne vous voir avec un projet qui ne vous passionne pas du tout et que vous le refusiez pour cette raison. Si ce client revient vers vous en disant qu’il veut vraiment travailler avec vous et vous demande combien vous voulez être payé, vous lui donnerez ce chiffre !

5. À combien s’élèvent vos frais généraux ?  

En tant que travailleur indépendant, vous payez tout vous-même, vous voulez donc vous assurer que vos revenus couvrent vos frais. Cela garantira que vous gagnerez de l’argent (et non que vous en perdrez) lorsque vous entreprendrez un projet.

Alors, comment calculer vos frais généraux ? Commencez par identifier vos coûts mensuels. Incluez des éléments tels que vos fournitures de bureau, vos abonnements aux applications de création de modules, votre crédit immobilier ou votre loyer ainsi que les différentes charges (électricité, internet,…). Une fois que vous avez une idée générale de ce que cela vous coûte par mois pour être indépendant, vous pouvez calculer ce que vous devez gagner par heure pour atteindre le seuil de rentabilité. À partir de là, vous devez décider combien vous devez gagner de plus pour vivre confortablement. Après tout, atteindre le seuil de rentabilité n’est pas une fin en soi !

Une autre chose à garder à l’esprit est le nombre d’heures par semaine que vous prévoyez de travailler. Par exemple, si vous ne travaillez que 20 heures par semaine, vous devrez facturer plus par heure que si vous travaillez 40 heures.

En résumé

Décider d’un taux horaire et d’une fourchette de prix peut sembler intimidant. Mais en suivant les conseils que nous avons abordés dans cet article, vous pouvez être sûr que votre taux horaire est juste et reflète votre valeur. Pour plus d’informations sur le travail indépendant et d’autres conseils de carrière, consultez cette série d’articles : Astuces pour réussir en tant de concepteur e-learning en freelance.

Suivez-nous sur Twitter et abonnez-vous au blog pour plus de conseils utiles sur tout ce qui concerne le e-learning. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser dans les commentaires.

Community Manager International chez Articulate et experte e-learning passionnée possédant des années d’expérience dans la création de modules e-learning efficaces.

2 commentaires

Pingbacks

  1. […] 5 questions à se poser pour définir son taux horaire quand on est indépendant […]

  2. […] 5 questions à se poser pour définir son taux horaire quand on est indépendant […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*