Réseaux Articulate :

Articulate

Que mettre dans le storyboard d’un module e-learning ?

Que mettre dans le storyboard d’un module e-learning ?

En tant que plan du module (contenant tous les détails sur le contenu, le multimédia et les évaluations), le storyboard est un élément fondamental dans le processus de conception e-learning. Cependant, il peut être délicat à développer car il n’existe pas de modèle tout fait qui convient à tous les projets. Dans ces conditions, comment savoir ce qu’il faut mettre dans un storyboard ?

Dans certains cas, le storyboard sera très détaillé au niveau visuel et ressemblera fortement au module final. Dans d’autres cas, il consistera en un simple fichier texte sans indications du rendu visuel final. Notons également que les outils utilisés pour réaliser un storyboard influeront sur le résultat : on ne fera pas le même storyboard avec PowerPoint, Word ou Articulate Storyline.

Pour résumer, disons que le rendu et le contenu d’un storyboard dépendent de nombreuses variables, dont la composition de l’équipe de conception et le contenu du module envisagé.

Prenons un exemple : si vous concevez et développez seul un module, votre storyboard n’a pas besoin d’être très détaillé pour le développement puisque c’est vous qui allez réaliser cette étape ! Vous savez déjà ce que vous allez faire, il est donc inutile de perdre du temps à rédiger des instructions détaillées.

Mais si, au contraire, le storyboard est destiné à un intégrateur autre que vous, vous voudrez y inclure des instructions claires et descriptives. Nous voyons ici que le storyboard dépend en partie du nombre de personnes impliquées dans le projet.

Il est rare de trouver deux storyboards contenant exactement les mêmes éléments, néanmoins, il y a des essentiels à inclure, quel que soit le projet. Regardons ensemble quels sont ces éléments.

Une numérotation des diapos

Il est essentiel de créer une numérotation des diapos dans votre storyboard. Chaque écran doit être clairement identifié par un numéro unique, pour vous permettre de facilement repérer les contenus et les diapos de votre module. Vous le supprimerez sans doute lors de la version finale, mais cela reste très pratique aux étapes de la conception, du développement et de la relecture.

D’après mon expérience, vous devez réfléchir attentivement à votre système de numérotation. Vous allez probablement être amené à retirer, à ajouter ou à intervertir des diapos tout au long de votre projet, donc il vous faut un système de numérotation qui vous permettra de faire cela, sans avoir à recommencer votre numérotation manuellement à chaque changement.

Le texte

Le texte affiché à l’écran est un composant essentiel de votre module puisque c’est lui qui transmet les informations les plus importantes aux apprenants : il doit donc figurer impérativement dans votre storyboard. Soyez clair sur les instructions concernant le format et la position du texte à l’écran. Pensez à relire votre texte et à corriger ses éventuelles fautes d’orthographe et de grammaire pour que l’intégrateur n’ait qu’à faire des copier-coller du storyboard au module.

Les images

Les visuels sont aussi importants que les textes dans la transmission de l’information, ils doivent donc également être inclus dans votre storyboard.

Si vous avez fait le choix de développer un storyboard réaliste au niveau visuel, vous pouvez choisir d’y mettre les images définitives si vous les avez déjà ou alors de mettre des images provisoires. Si vous avez déjà choisi une image, indiquez à l’intégrateur où il peut la récupérer. Personnellement, une fois que j’ai choisi une image pour un module, je l’indique dans un dossier partagé où je répertorie tous les médias, clairement nommés. Ensuite, dans mon storyboard, j’indique à l’intégrateur quel fichier du dossier partagé doit être utilisé sur tel écran spécifique.

Si vous déléguez à l’intégrateur la tâche de choisir les visuels, vous devez, dans ce cas, lui fournir des instructions détaillées sur le ton, l’ambiance et le contexte des images que vous voulez. Encore une fois, tout dépend du projet.

La narration et l’audio

L’audio peut apporter de la variété et de l’intérêt à une formation en ligne. Si vous souhaitez intégrer une narration, insérez son script dans votre storyboard, et ajoutez-y par exemple des informations sur comment la synchroniser avec le texte à l’écran. Et n’oubliez pas de donner des instructions sur le genre de voix que vous souhaitez si ce n’est pas vous qui la choisissez.

Si vous utilisez d’autres types de contenus audio, comme des effets sonores ou de la musique, pensez à sélectionner les fichiers à l’avance. Puis, dans votre storyboard, indiquez à l’intégrateur comment accéder à ces fichiers via un fichier partagé.

La navigation

Une navigation peu claire est le meilleur moyen de perdre vos apprenants et de les priver d’une expérience d’apprentissage agréable. Alors, votre priorité devrait être de créer une navigation et un chemin de clics simples et clairs pour votre module. Vous pouvez choisir de mettre de simples boutons « précédent » et « suivant » ou choisir de créer des scénarios à embranchements plus compliqués. Quelle que soit la façon dont vous construisez votre module, indiquez toujours à l’intégrateur comment marche la navigation sur chaque écran.

Et assurez-vous de faire apparaître visuellement votre navigation dans votre storyboard. Vos boutons « précédent » et « suivant » sont-ils bien reliés aux diapos correspondantes ? En est-il de même pour tous les boutons à l’écran ? Quand une partie prenante ou un intégrateur regarde votre storyboard, la navigation doit lui apparaître de façon limpide.

Les animations et les transitions

Les animations et les transitions ajoutent également un intérêt visuel et peuvent rendre votre module particulièrement marquant. Si vous comptez mettre des animations dans votre module, sachez qu’il est difficile de savoir à l’avance ce qu’elle rendront en pratique. Mais si vous voulez malgré tout en insérer dans votre contenu, donnez à l’intégrateur des instructions claires sur la chronologie, la synchronisation des objets et les types d’animations ou de transitions à utiliser.

En conclusion, gardez à l’esprit que s’il n’y a pas deux storyboards identiques, la plupart contiendront néanmoins les éléments listés ici. Le reste dépendra de votre projet et de ses exigences.

Voici un article sur le même sujet si vous souhaitez en apprendre plus et voir quelques exemples concrets : 10 astuces pour réussir la phase de storyboarding de votre projet e-learning (avec 3 templates gratuits !)

Et vous ? Y a-t-il autre chose que vous intégrez dans vos storyboards ? Avez-vous des anecdotes à nous raconter sur cette étape ? Partagez vos expériences dans les commentaires !

Et pour toujours plus de conseils e-learning, d’exemples et de téléchargements gratuits, pensez à vous abonner au blog et suivez-nous sur Twitter.

Community Manager International chez Articulate et experte e-learning passionnée possédant des années d’expérience dans la création de modules e-learning efficaces.

1 commentaire

Pingbacks

  1. […] Les informations précises que vous inclurez dans votre storyboard dépendent des particularités de votre projet, ainsi que des personnes impliquées. Si votre rôle s’arrête à la conception pédagogique et que vous transmettez votre storyboard à un développeur Storyline, vous fournirez plus d’informations et de notes détaillées que si vous développiez le module vous-même. Vous trouverez dans cet autre article des conseils pour savoir que mettre dans le storyboard d’un module e-learning. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*