Réseaux Articulate :

Articulate

Voici des astuces pour devenir un meilleur concepteur e-learning

Voici des astuces pour devenir un meilleur concepteur e-learning

Il y a quelque temps, je discutais avec des concepteurs pédagogiques pour savoir comment on pouvait améliorer son travail en conception. J’ai décidé de compiler leurs conseils dans un article afin que tout le monde puisse en bénéficier ! Voici leurs astuces.

1. Fournir un contenu concis et qui a du sens

La capacité de rédiger et de modifier un contenu en étant concis et pertinent est l’une des compétences clés qui distingue un concepteur pédagogique réellement efficace d’un concepteur médiocre.

Écrire efficacement prend du temps et demande de la pratique, mais voici quelques stratégies que vous pouvez utiliser pour développer vos capacités en rédaction et en révision de contenu :

  • Essayez d’utiliser un ton plus informel. Il n’est pas toujours bien vu d’utiliser un ton informel dans le milieu de l’entreprise, pourtant c’est une bonne façon pour rendre un contenu plus engageant pour les apprenants. Pensez à cela : nous ne parlons pas en général avec un ton guindé et des tournures de phrases alambiquées, dépourvues de personnalité. Au contraire, lorsque nous communiquons, nous imprégnons les mots de notre caractère et de notre état d’esprit, ce qui incite les gens à nous écouter et à participer à la conversation. Alors, la prochaine fois que vous rédigerez un contenu, essayez de vous imaginer une conversation en tête-à-tête avec l’apprenant, puis utilisez ce langage et ce ton pour exprimer vos idées.
  • Demandez aux experts métier (SME) de reformuler simplement les diapositives trop bavardes. Parfois, on peut avoir l’impression que les experts sont payés au mot ! La prochaine fois qu’un expert vous transmet des diapositives remplies d’explications à rallonge, demandez-lui de vous les expliquer dans ses propres mots. J’ai même demandé une fois à un expert métier de m’expliquer son contenu comme s’il l’expliquait à ses grands-parents ! Nous avons non seulement bien ri tous les deux, mais nous avons également eu une discussion très intéressante sur la vulgarisation des sujets complexes, ou comment rendre un sujet ardu compréhensible sans perdre du sens ni diminuer son impact.
  • Oubliez les superlatifs. L’écriture publicitaire typique utilise beaucoup de superlatifs et de termes comme « excellence » ou « qualité ». Mais que signifient réellement ces mots ? Au lieu de donner une définition de concepts vagues ou subjectifs, utilisez plutôt un scénario pour montrer à quoi ces concepts font référence en réalité.
  • Évitez de trop en dire. Lorsque vous vous relisez, demandez-vous si c’est la meilleure façon de présenter cette information.

Dans l’exemple ci-dessous à gauche, vous avec un écran plein d’informations sur le diabète en France. Mais sont les message clés dans cette liste à puces ? Sur la droite, la même diapositive mais les points redondants ont été supprimés ou rassemblés pour créer une liste beaucoup plus facile à lire.

2. Communiquer clairement

Communiquer avec les apprenants est une chose mais les concepteurs pédagogiques doivent également savoir communiquer avec les SME, les développeurs, les responsables et les autres concepteurs pédagogiques. Communiquer efficacement avec une telle diversité de personnes peut s’avérer être un travail à plein temps.Voici quelques conseils pour tirer le meilleur parti de vos échanges avec vos pairs et vos partenaires :

  • Gérez les attentes des parties prenantes et des experts métier. Nous sommes nombreux à répondre aux demandes des SME de façon franche, en leur disant des choses comme : « Voilà pourquoi je ne peux pas faire ce que vous me demandez… » Bien qu’il soit important de parler franchement de ce qui est réaliste et de ce qui ne l’est pas, il est important de démarrer une collaboration en discutant de la façon dont vous envisagez de communiquer et de gérer les demandes tout au long du projet.

Au fur et à mesure que vous identifiez les manques en matière de formation et que vous formulerez vos recommandations pour les combler, faites entrer vos SME dans la boucle et proposez-leur des options pour élaborer les solutions optimales en tenant compte des autres contraintes du projet. Cela les maintiendra engagés dans le processus de conception et les aidera à prendre conscience de ce que vous pouvez faire avec le temps et les ressources dont vous disposez.

  • Aidez tout le monde à rester concentré. En cas de conflit, concentrez-vous sur ce que l’apprenant doit faire. Essayez de toujours recentrer tout ce que vous faites en fonction du but à atteindre. Il est facile de se laisser déborder et de perdre de vue l’apprenant.
  • Soyez précis – surtout à l’étape du storyboard. Créez une analyse de tâches pour les scénarios à embranchements complexes afin de fournir un contexte aux autres membres de votre équipe.

3. Rester mesuré

C’est à vous et à votre équipe de définir ce qui est le mieux pour vous. Lorsque vous comparez votre travail à celui d’une personne beaucoup plus expérimentée ou ayant suivi des études ou une formation spécialisée, essayez de vous rappeler que cette personne s’est un jour trouvée à votre place, à essayer de définir ce qui était le mieux pour elle. Au lieu d’être dans l’auto-dépréciation :

  • Rappelez-vous que vos forces se développent face à la difficulté. Améliorer ses compétences peut sembler être un exercice d’endurance. Soyez patient avec vous-même lorsque vous développez vos compétences. Les clients insatisfaits vous donnent les leçons les plus précieuses. Servez-vous-en.
  • Sortez de votre zone de confort. Au lieu de rechercher des solutions toutes faites, essayez de temps en temps de prendre un peu de risques en sortant des sentiers battus. Soyez créatif et cherchez une autre façon de faire.
  • Construisez votre propre réseau de formation. Une équipe composée de collègues ayant des expériences et des niveaux différents est un atout majeur pour vous aider à identifier de nouvelles habitudes ou de nouvelles compétences à développer personnellement.

Ressources

Pour d’autres astuces sur comment devenir un meilleur concepteur pédagogique, consultez nos articles et eBooks.

Avez-vous d’autres astuces à partager ? Échangez vos idées avec nous ! Et pensez à vous abonner au blog et à nous suivre sur Twitter car nous postons régulièrement de nombreuses infos sur tout ce qui touche au e-learning.

Community Manager International chez Articulate et experte e-learning passionnée possédant des années d’expérience dans la création de modules e-learning efficaces.

4 commentaires

  1. Serge ll y a 2 ans

    Merci encore une fois pour ce nouvel article très intéressant.
    C’est vrai que c’est un soucis de tous les instants de modérer les experts métiers qui veulent souvent rajouter des contenus trop vastes et inutilement précis. Se concentrer sur les besoins pratiques de l’apprenant et ses tâches professionnelles par exemple est effectivement un excellent antidote.

  2. Valentine ll y a 1 an

    Bonjour Allison,
    J’apprécie beaucoup de vous lire, car vos articles donnent envie de se remettre en question, d’améliorer son travail. Cependant, je reste un peu frustrée et démunie, car dans mon environnement il y a des inconvénients qui font que le processus n’est pas si simple, car les rôles de chacun sont nettement moins cadrés.
    En université, les auteurs sont les professeurs ou formateurs professionnels, absolument par formés pour ce type d’écriture qu’est le cours en ligne. Ils ont eu quelques notions de scénarisation, mais c’est uniquement pour les préparer au découpage de leur parcours pédagogique en séquences. Leur façon d’écrire reste inchangée. Le fonctionnement des cours est hybride, chaque période en EAD est suivie d’un présentiel d’une demi-journée à une journée selon le cas.
    De l’autre côté, il y a moi, développeur entre autres multiples fonctions, qui développe tant bien que mal ce qu’ils m’ont envoyé comme contenu, souvent à l’arrache car ils ont du mal à rendre dans les délais, et par nécessairement expert sur le sujet. Et comme je gère beaucoup d’autres choses, je n’ai pas le temps de tout retravailler. Donc le résultat ressemble souvent à un powerpoint amélioré, agrémenté de quelques quizz (et encore) et/ou de vidéos.
    Bref ça ne me satisfait pas !!
    Alors ma question : dans ce contexte, comment rendre un cours très théorique (je pense à de la sociologie, du droit, des théories du management…) attractif, ludique, quand on n’a que les moyens du bord et personne sur qui s’appuyer (et je parle des auteurs) pour retravailler le contenu. Quelles méthodes employer ?
    Ahahh, voilà un sujet intéressant pour un prochain article ?
    Je vous souhaite de belles fêtes de fin d’année 🙂

    • Auteur

      Bonjour Valentine !

      Je comprends tout à fait vos contraintes, mais malheureusement il n’y a pas de solution miracle. :/ Si vous souhaitez rendre un cours théorique plus attractif et ludique, il faut forcément le travailler un minimum pour y incorporer un côté plus pratique et terre à terre à travers des scénarios, par exemple.

      Ceci dit, si vous utilisez un outil simple, comme Rise 360, vous pouvez peut-être gagner du temps. Avez-vous déjà testé cet outil ? Sinon, je vous invite à commencer un essai gratuit de 60 jours ici : http://articulate.com/360/trial

      Une autre idée : est-ce certains formateurs vous rendent le contenu plus tôt et semblent plus intéressés pour travailler avec vous ? Si oui, vous pourriez essayer de faire un module plus abouti avec eux, puis le montrer aux autres pour leur donner envie de travailler avec vous.

      Je suis désolée de ne pas pouvoir vous aider plus que ça :/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*