Réseaux Articulate :

Articulate

La taxonomie de Bloom pour les concepteurs e-learning

La taxonomie de Bloom pour les concepteurs e-learning

Les objectifs pédagogiques sont au cœur du processus de conception pédagogique, et à juste titre : sans eux, comment savoir quel contenu et quelles activités inclure dans nos modules ? Malheureusement, le plus souvent, les objectifs pédagogiques ne sont pas clairement définis, il est donc difficile de savoir s’ils ont été remplis. C’est ici que la taxonomie de Bloom peut vous aider !

Ce système de classification a été spécifiquement conçu pour aider les formateurs et les concepteurs pédagogiques à définir clairement les objectifs pédagogiques et à créer des modules répondant aux besoins des apprenants. Examinons de plus près comment ce principe de conception pédagogique s’applique au e-learning.

Qu’est-ce que la taxonomie de Bloom ?

Dans leurs premiers travaux, Benjamin Bloom et les psychologues qui travaillaient avec lui ont identifié trois domaines d’apprentissage : cognitif (mental), affectif (émotionnel) et psychomoteur (physique). Ces trois domaines sont au cœur de la taxonomie de Bloom, mais les chercheurs se sont par la suite surtout intéressés au domaine cognitif.

Le domaine cognitif est divisé en six catégories, chacune représentant un niveau de compétence cognitive. Chaque catégorie est associée à un ensemble de verbes d’action ou de processus cognitifs qui décrivent ce que les apprenants devraient être capables de faire. Au cours des dernières années, les noms et l’ordre de ces catégories ont été révisés, mais l’idée générale reste la même.

  • Se souvenir : reconnaître, se rappeler.
  • Comprendre : interpréter, illustrer, classer, résumer, déduire, comparer, expliquer.
  • Appliquer : exécuter, implémenter.
  • Analyser : différencier, organiser, caractériser.
  • Évaluer : vérifier, critiquer.
  • Créer : générer, planifier, produire.

La taxonomie révisée comprend également un deuxième niveau qui classe les types de connaissance en 4 catégories :

  • Factuelle : connaissance de la terminologie ; connaissance des détails et des éléments spécifiques.
  • Conceptuelle : connaissance des classifications, des catégories et des relations entre les catégories ; connaissance des principes et des généralisations ; connaissance des théories, des modèles et des structures.
  • Procédurale : connaissance des compétences et des algorithmes spécifiques à un sujet ; connaissance des procédés, des techniques et des méthodes spécifiques à un sujet ; connaissance des critères qui déterminent quand utiliser les procédures appropriées.
  • Métacognitive : connaissances stratégiques ; connaissances sur les fonctions cognitives, y compris les connaissances contextuelles et conditionnelles appropriées ; connaissance de soi.

Une fois que vous savez ce que les apprenants devraient savoir faire à la fin du module (quels processus cognitifs ils doivent mettre en œuvre) et que vous savez quels types de connaissances sont enseignés dans votre module, vous êtes prêt à écrire vos objectifs pédagogiques.

Voici comment. Faites le lien entre le sujet (l’apprenant), le verbe d’action correspondant au processus cognitif à travailler (ce que l’apprenant doit savoir faire) et l’objet qui définit le type de connaissance travaillé (la connaissance qu’il doit acquérir). Par exemple : « À la fin de ce module, les apprenants devront être capable d’expliquer les quatre types de connaissances de la taxonomie de Bloom. »

Comment l’appliquer à la conception pédagogique e-learning ?

En tant que concepteurs e-learning, écrire des objectifs pédagogiques clairs est essentiel pour que nos modules soient efficaces. Ils constituent la base du processus de conception pédagogique et doivent influer sur tous les aspects de nos modules, du contenu que nous incluons aux activités que nous concevons. Vous ne pouvez pas créer le même module pour des apprenants qui doivent seulement retenir une information que pour des apprenants qui doivent faire quelque chose de nouveau à partir de ces informations.

Voici quelques exemples d’activités que vous pouvez concevoir pour chacun des six niveaux de compétence cognitive :

  1. Se souvenir : exemples, conférences, vidéos, visuels
  2. Comprendre : quiz basiques (QCM, exercices d’appariement, etc.)
  3. Appliquer : exercices pratiques, jeux de rôle, simulations
  4. Analyser : résolutions de problèmes, études de cas
  5. Évaluer : études de cas, critiques, évaluations
  6. Créer : projets, questions de quiz complexes (glisser-déposer, questions ouvertes, etc.)

Comme vous pouvez le voir, certaines activités peuvent être utilisées pour plusieurs niveaux de compétence. Tout dépend de la façon dont vous concevez votre module. Et ce n’est qu’un exemple ‐ il y a beaucoup d’autres activités que vous pouvez concevoir pour aider vos apprenants à atteindre chacun de ces niveaux de compétence cognitive.

J’espère que cet article sur la taxonomie de Bloom vous aura permis de réfléchir sur votre processus de conception pédagogique pour réussir à créer des objectifs pédagogiques clairs et concis.

Et si vous voulez en savoir plus sur la conception pédagogique, je vous invite à lire les articles suivants :

Si vous avez des questions ou des commentaires, n’hésitez pas à m’en faire part dans la zone de commentaires. Je me ferai un plaisir de vous répondre.

N’oubliez pas de nous suivre sur Twitter et de vous abonner au blog pour obtenir toujours plus de conseils sur le e-learning.

Bibliographie

Cecelia Munzenmaier, Bloom’s Taxonomy: What’s Old Is New Again (The eLearning Guild, 2013).

Community Manager International chez Articulate et experte e-learning passionnée possédant des années d’expérience dans la création de modules e-learning efficaces.